The First European Consulting Organization 100% Dedicated to SaaS and Cloud Computing

Louis Nauges

Subscribe to Louis Nauges: eMailAlertsEmail Alerts
Get Louis Nauges: homepageHomepage mobileMobile rssRSS facebookFacebook twitterTwitter linkedinLinkedIn


 Rappel :

Première partie : situation actuelle, en 2012, du marché informatique pour les postes de travail

Deuxième partie : les guerres sur les marchés des processeurs et des familles d’outils d’accès.

J’utilise un modèle d’analyse à 5 niveaux.

Tout  - Guerre poste travailDans cette troisième partie, j’analyse deux des plus fortes « guerres » à venir, sur le marché des Systèmes d’Exploitation et sur celui des navigateurs.

 

La guerre des Systèmes d’Exploitation (OS)

J’avais terminé la deuxième partie sur un message clair :

La variété des objets d’accès au Système d’Information, déjà très grande, ne peut que croître.

Guerre OS : OutilsOrdinateurs portables, smartphones, tablettes... tous ont besoin d’un OS pour fonctionner. Je vais concentrer mon analyse sur les acteurs et solutions que je considère comme les plus importantes pour les 3 à 5 prochaines années. Que ceux que je vais laisser de coté, comme Linux pour les PC classiques, BlackBerry ou Symbian pour les objets mobiles me le pardonnent, mais qui s’intéressera encore à eux en 2015 ?

Quelles sont les forces majeures en présence ?

Microsoft avec Windows 8

26 octobre 2012, date officielle du lancement de Windows 8 ; c’est, à mon avis, la plus importante opération de « quitte ou double » tentée depuis longtemps par ce grand fournisseur.

US smartphone  Q2 2012 market share:OSJusqu’à aujourd’hui, les choses étaient claires et simples :

  • Windows XP et 7 dominent le marché des PC fixes et portables.
  • Windows Mobile 6 et Windows Phone 7 sont des nains sur le marché des smartphones, comme le démontre ce graphique relatif au marché US.
  • Windows a une présence anecdotique sur les tablettes.

Microsoft a compris que les marchés à plus forte croissance sont ceux des smartphones et des tablettes ; s’il n’arrive pas à y prendre une place raisonnable, son pouvoir actuel sur les OS va voler en éclats. Plus grave, les développeurs pourraient se détourner définitivement de la plateforme Windows, sous toutes ses formes.

Announcing Windows 8 editionsAvec l’arrivée de Windows 8, je comprends enfin pourquoi il y a un s à Windows ; ce que va annoncer Microsoft, ce n’est pas une, mais trois versions totalement différentes de Windows 8 :

  • Windows 8, comme substitut possible des Windows XP et 7 sur les PC fixes et portables Intel.
  • Windows 8 RT, pour sa tablette Surface à processeur ARM.
  • Poubelle LumiaWindows 8 Phone pour se substituer à Windows Phone 7. Il n’est pas inutile de rappeler que les récents acheteurs, heureusement fort peu nombreux, de smartphones Windows Phone 7, ont eu la désagréable surprise d’apprendre que leur produit, âgé de quelques mois, était déjà démodé, car il ne pourra pas être mis à jour avec Windows 8. Demandez aussi à Nokia ce qu’il en pense, qui a été obligé de diviser par 2 le prix de vente des Lumia aux USA à la suite de l’annonce de WP8 ...

Un autre facteur va compliquer la tâche de Microsoft, les coûts : en 2013, les fabricants de smartphones et de tablettes auront le choix entre un bon OS, déjà utilisé par des millions de personnes et..gratuit ; j’ai nommé Android. En face ils vont devoir payer, cher, une licence pour deux OS, Windows RT ou Phone 8, qui doivent faire leurs preuves. Que feriez-vous à leur place ?

J’oubliais un petit détail : avec la tablette Surface, Microsoft va concurrencer directement les fabricants qui seraient tentés de lui faire confiance... 

One windows, genial or catastropheAvec cette annonce, et cette marque unique, Windows 8, Microsoft essaye de faire passer un message fort, mais qui a pris un sérieux coup de vieux : Windows reste la plateforme universelle de l’informatique de demain. Petit problème, c’est très astucieux, mais totalement faux et à la limite de la publicité mensongère. Pourquoi ?

Une application écrite pour l’une de ses trois moutures de Windows ne pourra pas s’exécuter sur l’une des deux autres. Microsoft lui-même qui le confirme en annonçant par exemple une version spécifique de la suite Office pour les tablettes Windows RT.

Windows 8 pour PC est la version la plus commentée, car la plus aboutie pour le moment. D’innombrables articles ont été publiés sur ce sujet, certains prédisant un succès spectaculaire, d’autres un échec retentissant. L’image qui revient souvent est : Windows 8 sera à Windows 7 ce que Windows Vista a été pour Windows XP.

Apple avec MacOS et iOS

Apple announcement september 12Apple vient de mettre à jour son OS pour Macintosh avec la version « Mountain Lion » et devrait annoncer, le 12 septembre 2012, la nouvelle version d’iOS 6 à l’occasion du double lancement de l’iPhone 5 et de la tablette iPad mini, équipée d’un écran de 7 ou 8 pouces.

A la différence de Microsoft, Apple a la décence de garder deux noms différents pour deux produits différents. Tout le monde parle de la convergence entre MacOS et iOS, mais il vaudrait mieux parler d’un rapprochement des interfaces utilisateurs.

Ce sont deux excellents OS, chacun bien adapté à la famille d’outils qu’il pilote ; pourquoi changer une démarche qui répond bien aux attentes des utilisateurs.

Google avec Android

Google 1 million Android:dayLancé en 2008, l’OS Open Source de Google, a noyau Linux, c’est très vite imposé sur le marché des smartphones ; 1 million de nouveaux smartphones Android sont activés chaque jour, contre 400 000 « seulement » il y a un an.

J’avais, en 2009, un peu anticipé ce mouvement dans un texte annonçant le succès des OS open source sur les objets mobiles.

Comme Apple avec iOS, Google propose aussi Android sur les tablettes ; le marché des tablettes Android est encore loin derrière celui des iPad sous iOS, mais progresse vite, comme semble le montrer le succès initial de la tablette Asus Google 7 pouces.

Pour les tablettes comme pour les smartphones, il va être difficile à la concurrence de se faire une place au soleil à côté d’iOS et d’Android.

Deux outsiders : ChromeOS et FirefoxOS

Firefox OS home PageChromeOS est proposé depuis un peu plus d’un an sur un petit nombre de PC portables 12 pouces, les Chromebooks, et FireroxOS n’est pas encore disponible, même si des premières photos d’écran sont déjà visibles.

Ces deux OS, Open Source, prennent une approche innovante, de rupture en positionnant l’OS comme un logiciel très léger dont la fonction première est de démarrer un navigateur.

Chromebox-chrome-osGoogle suit la démarche d’Apple en proposant deux OS différents, sous deux noms différents, Android et ChromeOS. Est-ce que Chrome OS peut devenir le premier Linux à prendre une part de marché significative sur les PC professionnels portables et ... fixes avec l’annonce des ChromeBox ? Ce n’est pas encore un pari gagné.

FirefoxOS peut, rapidement, devenir le troisième OS le plus populaire dans le domaine des smartphones, et en particulier dans un marché qui devrait grandir très vite, celui des smartphones d’entrée de gamme, qui font l’essentiel.

Mon pronostic 2015 :

  • La convergence autour d’un OS unique est une fiction, une très mauvaise idée.
  • Smartphones, tablettes ou PC portables auront, pendant longtemps, besoin d’un OS adapté à leurs spécificités.
  • Apple continuera à proposer deux OS différents, MacOS et iOS.
  • Image iOS6 annoncé
  • Dates fin support windowsSur les PC professionnels, fixes et portables, Windows 7 sera toujours l’OS stable de référence, et Windows 8 restera peu présent, probablement sous la barre des 20 % de part de marché. N’oublions pas la bonne nouvelle pour les responsables informatiques : Microsoft a confirmé que Windows 7 sera maintenu jusqu’en janvier 2020.
  • Le duopole iOS - Android sera encore, en 2015, très dominant sur les marchés des tablettes et des smartphones.
  • Microsoft aura raté son pari Windows 8 sur les smarphones et les tablettes, avec des parts de marché largement sous les 10 %, probablement plus proche des 5 %.
  • Quid des « Cloud OS », ChromeOS et FirefoxOS ? Le pronostic est plus délicat, car leur succès dépendra de la vitesse à laquelle les entreprises auront migré une grande partie de leurs applications sur le Cloud. Je vais quand même tenter une double prévision :
  • ChromeOS aura une part de marché supérieure à Windows 8 sur les PC portables professionnels.
  • FirefoxOS aura une part de marché supérieure à Windows Phone 8 et BlackBerry sur les smartphones.

 

La guerre des navigateurs

Qui aurait parié, au début de l’année 2005, sur le fait qu’Internet Explorer n’aurait plus qu’environ 30 % de part de marché au milieu de l’année 2012 ?

Nous allons de plus en plus passer notre « vie informatique » dans des navigateurs, raison de plus pour bien les choisir.

Guerre navigateurs OSCinq navigateurs principaux, cinq stratégies différentes ! Essayons d’y voir clair.

Opera : c’est le moins connu des cinq, avec un positionnement prioritaire sur les objets mobiles d’entrée de gamme. Quel peut être son avenir dans un monde où les objets d’accès sont de plus en plus puissants et acceptent sans problèmes les navigateurs qui étaient nés sur les PC classiques ? On a aussi parlé récemment de son éventuel rachat par Facebook ; ce ne serait pas une si mauvaise façon de sortir en beauté.

Firefox 1Firefox : celui par qui la concurrence est revenue sur ce marché ; on ne lui en sera jamais assez reconnaissant. C’est aussi le symbole de l’ouverture, du respect des standards du Web, bref de tout ce qui fait qu’on a du mal à lui trouver le moindre défaut. C’est aussi le navigateur qui fait le maximum pour être disponible sur tous les OS, sur tous les objets d’accès et l’on peut être certain que la Fondation Mozilla,, chargée de son développement, continuera à suivre ces excellentes pratiques.

Safari : Apple le propose en priorité sur toutes ses plateformes MacOS et IOS mais il est aussi disponible sur PC Windows. Je ne suis pas certain que l’on va disposer très rapidement d’une version de Safari pour Android !

Apple va concentrer tous ses efforts de développement de Safari sur ses propres objets d’accès, en délaissant de plus en plus les OS de la concurrence. Je ne suis pas convaincu que les dirigeants d’Apple ont envie que le navigateur devienne un outil stratégique, un peu comme ce qui se passe chez Microsoft.

Chrome on iTunesChrome : C’est le petit dernier de la famille, mais il a pris place très vite dans le trio de tête. Google en propose une version pour tous les OS, y compris iOS depuis peu. C’est Chrome qui a donné le signal de la course à l’innovation, à la sortie très rapide de nouvelles versions. Au moment où j’écrit ces lignes, je dispose de la version 21 !

Est-ce que Chrome est stratégique pour Google ? You bet ! Oui, bien sur car plus les internautes pourront utiliser des navigateurs performants et rapides, quelle que soit l’OS ou l’objet d’accès, plus les services proposés par Google seront utilisés. Mozilla et Google sont les deux organisations qui feront le plus pour améliorer leurs navigateurs.

Cnet.com a aussi récemment salué l’ouverture de Google qui permet à tous les navigateurs de s’installer facilement sur Android.

Internet Explorer : Peut-on espérer voir sa courbe de popularité arrêter de baisser ou même remonter ? C’est peu probable car Microsoft a fait le choix, à mon avis pas très futé, de ne plus en développer de versions pour une plateforme qui n’est pas Windows. J’avais, dans un temps lointain, une version de IE sur mon Macintosh ! Dans un monde multi - objets, les utilisateurs vont privilégier des navigateurs qu’ils peuvent utiliser sur tous leurs postes de travail. Les fonctions modernes de synchronisation sur le Cloud, qui permettent de retrouver ses favoris, ses onglets quel que soit l’objet d’accès utilisé vont accélérer ce mouvement. Qui propose ses fonctions ? Chrome et Firefox, comme par hasard !

Windows RT no Browser accessMicrosoft a aussi annoncé, et cela ne plait pas du tout à la Commission Européenne, que le seul navigateur autorisé sur Windows RT, en clair la version de Windows pour processeurs ARM et sa tablette Surface, sera Internet Explorer, sous le prétexte farfelu de mieux garantir la sécurité des utilisateurs ! Qui peut, sérieusement, donner le moindre crédit à cet argument ?

Internet Explorer qui ne veut plus aller sur les OS concurrents de Microsoft, Windows RT qui refuse de laisser venir à lui les navigateurs concurrents ; quels beaux exemples d’ouverture nous donne Microsoft ! On se croirait revenu dans les années 90 et 2000.

Mon pronostic pour 2015 :

  • Ouverture, respects des standards, multiplateformes : ce sont les clefs de la réussite pour les navigateurs, et la concurrence sera très dure. Tant pis pour ceux qui continuent à croire que « propriétaire et fermé » sont encore des recettes de la réussite.
  • Les deux solutions Open Source, Firefox et Chrome, vont rester en tête. Ce sont aussi ceux qui vont continuer à progresser à toute vitesse. Innovants, rapides, multiplateformes, ils seront les navigateurs privilégiés par tous les utilisateurs professionnels qui ont compris l’importance d’avoir un excellent navigateur pour travailler, efficacement et agréablement.
  • Safari ne sera plus utilisé que sur les OS d’Apple, et il sera fortement concurrencé sur ses territoires par Chrome et Firefox, eux aussi disponibles sur iOS et MacOS. Sa part de marché va se réduire, progressivement.
  • Opera : je crains fort qu’on ne parle plus beaucoup de lui en 2015.
  • Internet Explorer : sans aucun avantage compétitif particulier, plutôt en retard sur le respect des standards tels que HTML5, disponible sur un nombre réduit de plateformes, et pas les plus répandues...J’ai du mal à trouver un seul argument qui me permette de lui prédire un avenir radieux !

Je pensais pouvoir traiter l’intégralité de ce sujet, l’un des plus stratégiques aujourd’hui, en trois parties ; il m’en faudra au moins cinq ... 

Read the original blog entry...

More Stories By Louis Nauges

Louis Naugès is Founder & President of Revevol, the first European Consulting organization 100% dedicated to SaaS and Cloud Computing. He has 30 years of IT experience. Very few people in Europe have his knowledge and expertise in Cloud & SaaS technologies and applications. He works directly with CIOs of very large organizations. Revevol is the first EMEA distributor of Google Apps and the largest worldwide organization deploying Google Apps is one of Revevol's clients.