The First European Consulting Organization 100% Dedicated to SaaS and Cloud Computing

Louis Nauges

Subscribe to Louis Nauges: eMailAlertsEmail Alerts
Get Louis Nauges: homepageHomepage mobileMobile rssRSS facebookFacebook twitterTwitter linkedinLinkedIn


Blog Feed Post

75 % des serveurs dans les entreprises auront disparu en 2020 ! L’hécatombe annoncée devient réalité

 

AdS DPC Cimetière militaire S 72348903Dès 2009, je faisais dans ce blog le pronostic que les centres de calcul des entreprises allaient progressivement se vider de leurs serveurs. Je terminais ce billet avec une prévision : le nombre de serveurs dans les centres de calcul pourrait se réduire de 60 à 90 % d’ici à 2020, en citant 80 % comme pourcentage le plus probable.

En juin 2016 le Laboratoire National de l’Université de Berkeley a publié une étude d’une exceptionnelle richesse sur «La consommation d’énergie des centres de calcul aux USA». Les universités de Stanford, Northwestern et Carnegie Mellon, ainsi que le département d’énergie du gouvernement américain ont participé à cette étude.

Berkeley study - US Energy Data Center

L’essentiel des données que je vais utiliser dans ce billet provient de ce document de plus de 60 pages. C’est une lecture obligatoire pour tous les responsables informatiques. Il analyse les impacts de l’arrivée des acteurs «Hyperscale», en clair les industriels du Cloud Public, sur les serveurs, les outils de stockage, les outils de réseaux et la consommation d’énergie des centres de calcul aux USA, sur la période 2000 - 2020.

 

Croissance du Cloud Public = disparition des serveurs d’entreprise

Il n’est pas nécessaire d’être un grand mathématicien pour comprendre cette équation :

            CTE = (NSE + NSCP) x PMUS

  • CTE = Charge de travail des entreprises, les applications à exécuter.
  • NSCP = Nombre de Serveurs Clouds Publics.
  • NSE = Nombre de Serveurs Entreprises.
  • PMUS = Puissance Moyenne Utile d’un Serveur.

Serveurs entreprises down, Cloud UpDeux facteurs vont jouer un rôle clef dans cette équation :

  • Amélioration de PMUS : croissance de la puissance des serveurs à coût constant, virtualisation, containers... tous ces paramètres évoluent dans le même sens et permettent de traiter plus d’applications par serveur.
  • Basculement sur les Clouds Publics, ce qui entraîne un accroissement très rapide de NSCP.

Le résultat de ces deux évolutions ? NSE, le nombre de serveurs entreprises, chute très vite.

  

Impacts croissance Cloud Public sur vendeurs de serveurs aux entreprises

Ce graphique est extrait de l’étude américaine citée dans l’introduction.

Evolution Nb serveurs vendus, hyperscale vs classique

Il demande quelques explications :

  • En ordonnée, le nombre de serveurs installés dans les centres de calcul.
  • L’année de rupture des tendances : 2014.
  • Hyperscale : les mégas centres de calcul, construit en majorité par les grands acteurs industriels du Cloud Public, AWS, Google, Microsoft...
  • Non Hyperscale : les «petits» centres de calcul, de moins de 10 000 serveurs, ce que certains appellent encore «Clouds Privés» et que je préfère nommer «Centres de Calculs Privés».

D’ici 2020, le basculement vers un scénario Hyperscale aura deux impacts majeurs :

  • Le nombre total de serveurs installés va légèrement baisser entre 2014 et 2020, alors que la puissance informatique consommée va continuer à exploser. Ceci confirme la très forte amélioration de la performance des serveurs (PMUS) et leur meilleure utilisation par les industriels du Cloud.Le nombre de serveurs sera en 2020 au même niveau qu’en 2010.
  • La part des serveurs dans les centres de calcul privés va baisser de 75% entre 2014 et 2020. C’est une vitesse de décroissance jamais vue jusqu’à présent ! Si l’on fait l’hypothèse que la durée de vie d’un serveur est de 4 à 5 années, ceci signifie en pratique que l’immense majorité des serveurs en fin de vie ne seront pas remplacés.

Unbranded vs branded servers - US Data Center study Ce schéma présente le fonctionnement de l’industrie de fabrication des serveurs.

  • Les seules entreprises qui fabriquent vraiment des serveurs sont des sociétés «unbranded», de marque blanche, toutes situées en Asie. Ces entreprises gigantesques, telles que Foxconn ou Quantra sont inconnues du grand public et des DSI. Ce sont les mêmes qui fabriquent l’essentiel des PC ou des smartphones.
  • Les grandes entreprises qui vendent des serveurs aux entreprises, Dell, HP, Lenovo, IBM... se fournissent aussi chez les mêmes «unbranded», rajoutent leurs logos, leurs fortes marges, leurs coûts de marketing et de commercialisation. Ce sont ces marques qui ont la «confiance» des DSI des grandes entreprises.
  • Les industriels du Cloud Public, AWS, Google... font fabriquer directement leurs serveurs chez les mêmes fabricants que Dell ou HP, mais selon leurs  propres spécifications. Ils n’ont aucun coût supplémentaire et obtiennent donc des serveurs 40 et 50 % moins chers que les entreprises qui achètent des marques.

Fabricants serveurs massacreCombinez ces deux mouvements, les entreprises n’achètent plus de serveurs et les industriels du Cloud les font fabriquer directement ; quelle en est la conséquence inéluctable ? La mort très rapide de tous les fournisseurs historiques de serveurs auxquels les entreprises faisaient encore confiance, il n’y a pas si longtemps.

Ce bain de sang économique ne va pas seulement toucher les fabricants, mais aussi tout l’écosystème qui les entoure ; je pense en particulier aux distributeurs et aux petites sociétés de services qui vivent de l’installation et de la maintenance de ces serveurs HP, Dell, Lenovo ou autres.

Ce graphique résume très bien l’évolution du marché des serveurs d’ici 2020.

% unbranded servers Cloud - US Data Center study - % unbranded servers Cloud

  • 100 % des industriels du Cloud Public se fourniront chez les «unbranded».
  • Le marché des serveurs sera à 90% alimenté par les «unbranded».
  • Il restera des miettes, de l’ordre de 10 %, pour les vendeurs de marques.

Permettez-moi un conseil d’investissement : si vous souhaitez perdre l’essentiel de vos économies d’ici 2020, achetez vite des actions de fournisseurs de serveurs de marque...

  

Impacts sur la stratégie serveurs des entreprises 

Quelle que soit leur taille, la stratégie serveurs des entreprises est maintenant d’une grande simplicité : arrêt immédiat et définitif de tout achat d’un seul nouveau serveur. J’avais déjà évoqué ce thème, ici et .

Pourquoi cette décision devient de plus en plus évidente ?

  • Le nombre de serveurs présents dans vos centres de calcul est déjà supérieur à la demande.
  • Ils ne sont pas toujours utilisés de manière optimale.
  • Le basculement vers des solutions Cloud, IaaS et SaaS, va accélérer la baisse de la demande pour vos serveurs actuels.

 

Impacts sur la consommation d’énergie électrique

J’avais déjà écrit que le Cloud Computing était une excellente nouvelle pour la planète.

Le thème principal de cette remarquable étude sur les centres de calcul aux USA était l’impact des évolutions prévues de la consommation d’énergie électrique. Elle confirme que le basculement sur les solutions de Cloud Public a des impacts majeurs, positifs, sur la consommation d’énergie électrique, comme le montre ce graphique.

US Data Center study - Energy savings: servers, disks...

En 2020, la consommation annuelle d’électricité aurait été de l’ordre de 200 milliards de KW/h en 2020 si rien n’avait changé. Grâce au Cloud Public, elle restera stable, autour de 90 KW/h, deux fois moins !

Qui oserait s’en plaindre ?

 

Synthèse

AdS DPC good news, bad news S 96513412Le basculement massif et rapide vers des solutions industrielles de Clouds Publics va s’accélérer d’ici à 2020.

  • C’est une très mauvaise nouvelle pour les fournisseurs historiques de serveurs.
  • C’est une excellente nouvelle pour les entreprises et les DSI qui vont bénéficier de meilleurs services, à moindre coût.
  • C’est une excellente nouvelle pour notre planète Terre.

Manager fired En 2016, lutter contre cette révolution positive est inacceptable, et tout contrevenant doit être sévèrement sanctionné. A partir d’aujourd’hui, tout DSI qui autorise l’achat d’un seul nouveau serveur subira un sort radical : 

  • Faute professionnelle grave.
  • Licenciement immédiat.
  • Pas d’indemnités !

Cela fera de la place pour des DSI plus innovants, plus courageux !

 

Read the original blog entry...

More Stories By Louis Nauges

Louis Naugès is Founder & President of Revevol, the first European Consulting organization 100% dedicated to SaaS and Cloud Computing. He has 30 years of IT experience. Very few people in Europe have his knowledge and expertise in Cloud & SaaS technologies and applications. He works directly with CIOs of very large organizations. Revevol is the first EMEA distributor of Google Apps and the largest worldwide organization deploying Google Apps is one of Revevol's clients.