The First European Consulting Organization 100% Dedicated to SaaS and Cloud Computing

Louis Nauges

Subscribe to Louis Nauges: eMailAlertsEmail Alerts
Get Louis Nauges: homepageHomepage mobileMobile rssRSS facebookFacebook twitterTwitter linkedinLinkedIn


Related Topics: ERP Journal on Ulitzer

Blog Feed Post

Migrer son informatique «Legacy» vers le cloud public : comment démarrer, immédiatement. Première partie, les infrastructures

 

Hexameron Heptaméron : la période de sept jours nécessaire à Dieu pour créer le monde : en fait six seulement, car il a pris un jour de repos après six jours de dur labeur.

Pourquoi cette référence à la Bible ? Dieu a réussi cette prouesse car il n’avait pas... d’historique !

Quand je présente aux DSI ou aux dirigeants les potentiels immédiats des solutions Clouds Publics pour les infrastructures et les applications, j’entends trop souvent cette réponse :

«Vous avez raison, ce sont des solutions intéressantes ; malheureusement, nous avons un existant informatique, des solutions «Legacy» qui ne nous permettent pas d’en profiter.»

Oui, l’historique informatique des grandes entreprises est une réalité complexe, construite au cours des 50 dernières années avec de nombreuses technologies fin de vie :

Chaîne Solutions Legacy

  • Serveurs Mainframe IBM, Unix, AS/400...
  • Postes de travail «obèses» Windows + Office.
  • Applications écrites en Cobol, PL/1...
  • Applications Client/Serveur.
  • Applications en interface caractère ou graphique.
  • ERP intégrés, SAP, Oracle Applications...
  • Réseaux MPLS, ATM, Numéris...
  • ...

Oui, ces solutions «legacy» ne permettent pas aux entreprises d’aller aussi vite vers le Cloud qu’elles pourraient le souhaiter.

Non, ces solutions «legacy» ne doivent pas être un «alibi» pour ne pas entamer immédiatement ce long voyage vers un Système d’Information majoritairement construit sur des Clouds Publics.

Ces deux billets ont pour ambition de vous aider à tirer un parti maximum des solutions Clouds Publics, rapidement, en utilisant un large éventail de solutions opérationnelles.

 

Modèle B I S et Cloud Public

Quand tu ne sais pas où tu vas...Comme le dit ce proverbe africain :

«Quand tu ne sais pas où tu vas, regarde d’où tu viens...»

Sans une vision stratégique claire d’un point d’arrivée pour son SI, il est très difficile pour une organisation d’entreprendre une migration ambitieuse vers le Cloud. Dans cette situation, l’entreprise regarde en permanence vers l’arrière, ses solutions «legacy», se focalise sur les difficultés que vont engendrer tout changement et opte pour le status-quo.

Le modèle B I S (Business, Infrastructures, Support) est un allié précieux pour définir ce point d’arrivée.

Comme le rappelle ce schéma, le modèle B I S et les solutions de Cloud Public sont totalement en phase :

  • L’essentiel des infrastructures peut migrer vers des solutions IaaS, Infrastructure as a Service.
  • Des réponses SaaS, Software as a Service, existent pour 99 % des usages S, Support.
  • Pour les usages B, Business ou cœur métier, il existe deux réponses possibles, des solutions SaaS verticales ou des développements sur mesure sur des plateformes PaaS, Platform as a Service.

Trois composants BIS - Infra, Soutien, Métiers cloud - copie

Quand le point d’arrivée est clairement défini, deux questions se posent :

  • A quel horizon ? En clair, combien d’années seront nécessaires pour y arriver ? Pour les entreprises moyennes et grandes ayant une vraie volonté stratégique, le courage de s’attaquer à tous les challenges que cette migration va créer, un minimum 3 à 5 années est nécessaire. Pour les autres...
  • Comment passer de la situation «legacy» actuelle à un SI à dominante Cloud Public ? Je vous propose d’envisager avec optimisme ce voyage, maintenant que la variété et la performance des outils d’aide à la migration ont atteint un excellent niveau.

  

Infrastructures cibles Cloud Public

Pour aller à l’essentiel, une infrastructure cible Cloud Public se définit par quatre attributs :

Infrastructures Cibles Cloud Public

  • Un navigateur comme point d’entrée unique pour toutes les applications.
  • Des objets d’accès mobiles et variés : PC, Macintosh, smartphones, tablettes, chromebooks...
  • Des réseaux d’accès a dominante sans fil, WiFi, 3G, 4G...
  • Des serveurs confiés à des fournisseurs IaaS, AWS, Google ou Microsoft.

Je vous présente des exemples de migrations possibles, immédiatement, dans deux domaines : objets d’accès et serveurs. Il existe beaucoup d’autres solutions et je fais confiance aux fournisseurs innovants pour nous en proposer d’autres dans les mois et années qui viennent.

 

Outils de migration postes de travail

PC Windows + OfficeEn 2016, les PC Windows-Office représentent encore la majorité des postes de travail utilisés dans les entreprises.

Ils disposent tous de navigateurs et peuvent accéder aux applications SaaS sans difficulté. La difficulté vient des dizaines d’applications Client/Serveur qui dépendent de Windows pour leur fonctionnement.

Face à la difficulté de gestion et de mise à jour de ces applications, beaucoup de DSI ont choisi des solutions de «client léger» dont la plus répandue est Citrix.

Comment sortir de cette dépendance Windows ou Citrix pour permettre aux clients internes de basculer rapidement dans un monde ouvert où ils peuvent choisir librement leur objet d’accès et se libérer de la tyrannie du «PC Master», le même pour tout le monde ?

La réponse que j’entends trop souvent est : «nous pourrons migrer vers le tout navigateur quand il n’y aura plus d’applications à déployer sur les PC.» Ce n’est plus un alibi valable.

Je vous propose deux solutions différentes, pour un client lourd Windows ou un client léger Citrix.

1 - Migration client lourd Windows : Une bonne réponse est de basculer en VDI, Virtual Desktop Infrastructure. L’ensemble des logiciels du PC Windows réside sur un serveur, les applications s’y exécutent et sont accessibles depuis un navigateur.

AWS workspace - pay by hour

AWS, le numéro mondial IaaS propose une solution VDI nommée Workspaces ; comme le montre ce schéma, il est possible d’accéder à Workspaces depuis les cinq Systèmes d’exploitation dominants : Windows, MacOS, iOS, Android et ChromeOS.

AWS vient d’annoncer la possibilité de basculer vers un paiement à l’heure ; c’est une excellente nouvelle pour tous les clients internes qui font un usage occasionnel de leur PC. On retrouve l’avantage financier clef des solutions Cloud : basculement en OPEX et paiement à l’usage.

Citrix receiver on Acer chromebook2 - Migration client léger Citrix : La réponse pragmatique, efficace et économique ? Remplacer un objet d’accès «client léger» qui n’a aucun usage autre que de visualiser les affichages Citrix par un Chromebook qui dispose nativement d’un client Citrix. C’est un sujet que j’ai longuement traité dans ce billet.

L’avantage évident de l’usage d’un Chromebook : le client interne peut l’utiliser en mode natif Web/Cloud depuis son navigateur  pour accéder à toutes les applications qui sont déjà en SaaS. Au fur et à mesure que ce nombre augmente, son usage Citrix va diminuer et il y aura de plus en plus de clients internes qui pourront travailler en mode 100 % navigateur, ce qui est l’objectif de la stratégie infrastructure choisie.

En 2017, un DSI peut basculer 100 % de ses clients internes dans des infrastructures objets d’accès Cloud Public en leur disant :

  • Vous pouvez choisir l’objet d’accès que vous souhaitez, avec la taille d’écran qui vous convient.
  • Vous avez trois modes d’usages possibles, selon votre situation actuelle :
    • En mode natif, si les applications dont vous avez besoin sont toutes accessibles depuis un navigateur.
    • En mode VDI, si vous avez encore beaucoup d’applications Client/serveur sur votre PC actuel.
    • En mode mixte, Chromebook natif + Citrix, si vous êtes aujourd’hui utilisateur d’un poste de travail Citrix.

Migration poste de travail : problème résolu.

  

Outils de migration serveurs

La variété des serveurs «legacy» est grande : Mainframe IBM, AS/400, Unix Sun, HP ou IBM...

Comme dans le cas des objets d’accès, c’est la variété des réponses qui permettra, pragmatiquement, de migrer rapidement une majorité de serveurs sur des solutions Clouds Publics.

Important : quand je parle de migrer des serveurs, cela signifie que c’est possible sans apporter de changements aux applications qu’ils hébergent.

Quelles sont les solutions disponibles, pour chaque famille de serveurs ?

AdS DPC Bad News S 1171223041 - Serveurs «non migrables» : commençons par les mauvaises nouvelles. Si vous utilisez des applications natives AS/400-iSeries ou Unix, il n’existe pas, aujourd’hui, de réponses satisfaisantes permettant de migrer ces serveurs sur des Clouds Publics. Il faudra, dans une première étape, porter les applications sur des serveurs «clouds compatibles» avant de basculer sur des Clouds Publics.

2 - Serveurs X86, Linux ou Windows Server : les trois grands industriels du Cloud Public, AWS, Google et Microsoft peuvent, nativement, reprendre toutes les applications qui utilisent ces serveurs. Vous n’aurez besoin d’aucun outil complémentaire pour migrer ces applications en quelques semaines.

3 - Serveurs Mainframe IBM : Ces serveurs sont présents dans plus de 5 000 grandes et très grandes entreprises et servent de support à des applications indispensables pour leurs activités. J’ai écrit récemment deux billets, un pour les infrastructures, l’autre pour les applications Mainframe. Je vais donc seulement reprendre ici l’essentiel.

Une solution innovante, annoncée en juillet 2016 par la société suisse LzLabs, permet de porter les applications Mainframe sur des infrastructures «Cloud compatibles», Linux - X86.

LzLabs HP

Une annonce importante a été faite, depuis la publication de mes textes : la société Eranea, qui prend en charge la migration des applications, a rejoint LzLabs, qui peut maintenant proposer des solutions de migration des infrastructures et des applications. La démonstration à laquelle j’ai pu assister a eu lieu sur le Cloud Azure de Microsoft.

4 - Serveurs virtualisés VMware : depuis une quinzaine d’années, VMware est utilisé par les entreprises pour virtualiser des applications et permettre qu’elles s’exécutent sur des serveurs X86. C’est, de loin, la plateforme de virtualisation la plus utilisée dans le monde.

En octobre 2016, deux anciens ennemis, AWS et VMware, ont fait une annonce commune importante : la possibilité de faire fonctionner nativement, en «bare metal», toutes les solutions de virtualisation de VWware sur AWS.

Components VMware on AWS + usages AWS

Cette offre ne sera pas opérationnelle avant le milieu de l’année 2017, mais elle permet déjà aux entreprises de s’y préparer. Dans la logique de migration que j’analyse ici, c’est une brique clef pour accélérer le mouvement vers des infrastructures Clouds Publics. Il sera possible, depuis une console de management commune, de gérer son environnement VMware réparti entre des serveurs internes et AWS.

Dans une première étape, les entreprises peuvent migrer, à l’identique, leurs environnements virtualisés sur AWS. Elles peuvent ensuite, dans un deuxième temps, basculer une partie de ces applications virtualisées en mode natif sur AWS.

J’ai résumé sur le schéma ci-dessous les principales options de migration de vos serveurs actuels vers des solutions Clouds Publics.

Servers migration -summary

Il y aura bien sûr des exceptions, mais j’estime que pour la majorité des entreprises grandes et moyennes, entre 70 % et 80 % de leurs serveurs existants peuvent migrer vers des solutions Clouds Publics en moins de deux années.

Encore faut-il avoir la volonté, le courage d’entreprendre ce beau voyage...

Migration des serveurs : problème résolu dans la majorité des cas.

Dans la deuxième partie de cette étude, je ferai le point sur les solutions de migration pour les applications.

  

 

Read the original blog entry...

More Stories By Louis Nauges

Louis Naugès is Founder & President of Revevol, the first European Consulting organization 100% dedicated to SaaS and Cloud Computing. He has 30 years of IT experience. Very few people in Europe have his knowledge and expertise in Cloud & SaaS technologies and applications. He works directly with CIOs of very large organizations. Revevol is the first EMEA distributor of Google Apps and the largest worldwide organization deploying Google Apps is one of Revevol's clients.